Certificat de Gestion Actif-Passif (ALM)

En partenariat avec l'ENSAE-ENSAI Formation Continue et l'AFGAP

Objectifs de la formation

Ce certificat a pour objectif de permettre d’acquérir des compétences comptables, la maîtrise des enjeux réglementaires et de la gestion des fonds propres, les principales méthodes quantitatives et de modélisation des comportements de la clientèle, la connaissance des marchés et produits financiers, une culture économique et enfin la compréhension profonde du fonctionnement et du cadre d’exercice des activités d’une institution financière.

AFGAP ENSAE-ENSAI Formation Continue (Cepe)

Retour à la page du certificat

Programme détaillé

M1. L’environnement macro-économique des banques (1,5 jours)

La bonne compréhension du cadre d’exercice des activités bancaires nécessite de décrire les mécanismes macro-financiers de l’économie. La crise de 2008 et la généralisation aujourd’hui de taux d’intérêt négatifs les éclaire d’un jour nouveau. Dans plusieurs grands pays, la banque centrale cumule désormais les fonctions monétaires et de supervision. Ces deux fonctions se rencontrent dans la politique macro-prudentielle qui reste même dans la zone euro de la responsabilité principale des Etats.

M2. Compréhension du bilan d’une banque, de son compte de résultat et liens avec les lignes d’activités bancaires (1,5 jours)

Pour être pertinente, la gestion actif-passif nécessite une connaissance et une compréhension fine des lignes du bilan d’une banque, leur degré de liquidité et d’exigibilité, leur mode de comptabilisation etc. Au-delà de cette connaissance comptable essentielle, il est impératif de savoir faire le lien avec les grandes lignes de métier d’une banque : activité de financement, activité de collecte de l’épargne, activité d’investissement pour compte propre ou compte de tiers, activité de conseil etc.

L’objectif est de cette session est donc de retracer le lien explicite entre activités opérationnelles des lignes de métier et leur traduction au bilan et en compte de résultat. Cette session est nécessaire pour aborder les concepts, outils et modèles de la gestion actif-passif, ainsi que pour comprendre les concepts de la comptabilité de couverture.

M3. Echéancement et modélisation des postes du bilan (1,5 jours)

Pour calculer les impasses de taux et de liquidité, il est nécessaire d’expliciter les lois d’écoulement des postes du bilan, leur indexation aux taux d’intérêt ainsi que la durée avant refixation du taux client. Dans un certain nombre de cas, les écoulements et indexations aux taux d’intérêt sont simples à modéliser et résultent des caractéristiques contractuelles du produit sous-jacent. Dans d’autres cas, la modélisation est plus sophistiquée quand elle doit intégrer des hypothèses comportementales sur les clients.

L’objectif de cette session est de passer en revue les lignes du bilan, à l’actif ou au passif, et de formaliser la démarche pour modéliser leur écoulement et leur indexation aux taux d’intérêt, tout en restant dans les limites de la faisabilité opérationnelle.

Enfin, le second objectif de cette session est de décrire les principes et outils de tarification des opérations, ainsi que la gouvernance et la gestion interne du refinancement et des risques des lignes d’activité. Ce dernier aspect est fondamental et est la clé d’une rentabilité durable des opérations avec la clientèle. En outre, de nombreuses crises bancaires ont eu pour origine une mauvaise allocation interne du refinancement et de la tarification des risques.

M4. Gestion des risques structurels 1 : le risque de liquidité (1 jour)

La gestion des risques structurels qui est à la base de la gestion actif-passif comprend essentiellement le risque de liquidité, le risque de taux d’intérêt et le risque de change. L’objectif de cette session est de détailler les concepts, les indicateurs de risque et les outils de gestion du risque de liquidité dans le cadre de la gestion financière d’une banque. Chaque point est accompagné d’une étude de cas concret.

M5. Gestion des risques structurels 2 : le risque de taux d’intérêt (1 jour)

La gestion des risques structurels qui est à la base de la gestion actif-passif comprend essentiellement le risque de taux d’intérêt, le risque de liquidité et le risque de change. Cette session détaille les concepts, les indicateurs de risque et les outils de gestion du risque de taux d’intérêt global dans le cadre de la gestion financière d’une banque commerciale.

M6. Gestion des risques structurels 3 : le risque de change (1/2 journée)

La gestion des risques structurels qui est à la base de la gestion actif-passif comprend essentiellement le risque de liquidité, le risque de taux d’intérêt et le risque de change. L’objectif de cette troisième session relative à la gestion des risques structurels est de détailler les concepts, les indicateurs de risque et les outils de gestion du risque de change dans le cadre de la gestion financière d’une banque.

M7. Risque de taux : approfondissements, produits et stratégies de couverture (1,5 jours)

La gestion financière s’exerce dans un cadre de plus en plus sophistiqué. Les produits dérivés sont utilisés de manière croissante par les gestionnaires actif-passif afin de couvrir les principaux risques financiers portant sur le bilan (taux et change notamment).

Cette formation reprend une partie de la formation Pricing et modélisation des swaps et options de taux, de façon allégée et traite par ailleurs succinctement des dérivés de change.

M8. Comptabilité IFRS de la gestion financière (1,5 jours)

La gestion financière s’exerce dans un cadre comptable contraint. Toute opération de refinancement ou de couverture des risques a une traduction comptable qui induit un impact fort sur les résultats financiers et sur la valorisation comptable du bilan. Ainsi, paradoxalement, les normes comptables peuvent impacter la gestion elle-même et la façon de se couvrir, ce qui fait l’objet de nombreux débats et polémiques au niveau international.

L’objectif de cette session est de mettre en évidence les enjeux de la comptabilisation des opérations liées à la gestion financière de la banque et de détailler en profondeur les mécanismes, parfois complexes, de la comptabilisation.

M9. Modélisation du capital économique, taux de cession interne et tarification RAROC (2 jours)

Cette formation est à la frontière entre les risques ALM classiques (liquidité, taux, change) et la modélisation des risques de crédit dans une démarche d’intégration globale et de gestion des risques.

Elle vise à développer le cadre opérationnel des modèles de capital économique et de tarification RAROC ainsi que leur utilisation dans l’allocation des fonds propres, la mesure des effets de diversification, la tarification des opérations bancaires, le suivi de la rentabilité.

M10. Couverture des risques structurels et ingénierie bancaire (2 jours)

La formation développe les indicateurs de risque de taux et de liquidité en prenant en compte les méthodologies d’écoulement et d’indexation décrites dans les sessions précédentes. Il s’agit également de prolonger ce développement dans une perspective dynamique du bilan et de production nouvelle. La session détaille également les principes et l’articulation entre l’ensemble des indicateurs utilisés en gestion actif-passif telles que la Valeur Actuelle Nette (VAN), la duration des actifs et passifs ou encore la sensibilité de la Marge Nette d’Intérêt (MNI).

Enfin, la session vise à développer les méthodes de couverture des risques selon deux axes : l’utilisation de produits de couverture disponibles sur les marchés financiers d’une part et le montage d’opérations structurées (covered bonds, titrisation) d’autres part.





Prochaines sessions & informations :
Nous contacter