Structurer le financement d’une acquisition Mid-Cap

  1 jour
  Expertise
  1040
Objectifs de la formation

  • Comprendre les spécificités du financement d'une acquisition
  • Les enjeux pour les banques et les actionnaires actuels ou pressentis
  • Savoir mesurer les risques et être cohérent avec tous les interlocuteurs
Programme détaillé

Spécificités d'une acquisition par rapport à un investissement industriel

  • Pourquoi une acquisition n'est pas un investissement comme un autre ?
  • Les risques spécifiques

L'analyse des forces en présence

  • La situation de l'acquéreur, ses objectifs et ses contraintes
  • La situation de la cible
  • Que faut-il financer : les titres de la cible, les titres plus la cible ou les titres plus le développement de la cible ?
  • La taille de l'acquisition dans le raisonnement
  • La valeur dans le raisonnement

Structurer l'acquisition

  • La prise en compte du risque financier et du risque opérationnel
  • Les intervenants du financement
  • Le point de vue des banques
  • Le point de vue des investisseurs en fonds propres
  • Le point de vue du cédant
  • Que présenter ? A qui ?

Etude de cas : proposition de structures de financement et des principaux enjeux de cas concrets




Pierre De Sury

Pierre De Sury

Conseil en opérations de fusion et acquisition, Pierre concentre l'expérience de trois métiers complémentaires qui lui permettent d'aborder les problématiques financières des entreprises sous toutes les facettes. Il a tout d'abord été banquier, chargés d'affaires entreprises auprès de grosses PME. Il a ensuite travaillé lui-même à  la direction financière d'une PME afin de réaliser des opérations de fusions et acquisitions puis il s'est associé dans un cabinet de conseil en stratégie financière, financement et développement des entreprises.

Pierre De Sury anime également les formations :



Interview de Pierre de Sury, intervenant de Structurer le financement d'une acquisition Mid-Cap


Bärchen : Quel est le marché de la reprise d'entreprise ?

Pierre de Sury : Le marché de la reprise d'entreprise par les personnes physiques est un marché en plein développement à la fois au niveau des cédants que des repreneurs. Les entrepreneurs ayant créé ou développé leurs entreprises se trouvent confrontés à une problématique de transmission, et les groupes industriels ou financiers ne sont pas toujours la meilleure solution pour eux. Ils éprouvent sou-vent le besoin de transmettre leurs bébés à une personne physique qui reprend le flambeau au lieu de voir leurs entreprises intégrées au sein d'un groupe avec les risques de perte d'iden-tité que cela peut représenter. Les groupes ne sont, par ailleurs, pas toujours intéressés par des petites affaires qui fonctionnent du fait de leur indépendance mais qui risquent de perdre de leur efficacité au sein de plus grosses structures.Du côté des repreneurs, on voit de plus en plus de managers ayant des parcours réussis au sein de grands groupes qui décident de mener des projets entrepreneuriaux et de mettre leur savoir faire et leur expérience au service de leur propre entreprise

Bä : Quelle place ont les banques sur ce marché ?

PDS : Les banques sont un maillon essentiel de ce marché, et ce sont souvent leur participation qui conditionne la faisabilité d'une opération. C'est également pour les banques un excellent moyen « d'acquérir » de nouveaux clients, et de ne pas en perdre !Une banque qui accompagne une personne physique dans son projet de reprise devient nécessairement le banquier de la cible. C'est également l'occasion de nouer des liens forts avec une personne physique offrant un potentiel impor-tant en gestion privée. Par ailleurs, la banque d'une PME faisant l'objet d'un processus de cession, si elle ne participe pas au financement du repreneur, a de fortes chances de devoir céder sa place rapidement après l'opération.

Bä : Quelle est l'utilité de cette formation ?

PDS : Les opérations de reprise sont des opérations très spécifiques et non dénuées de risques. Il est important pour les banquiers de bien com-prendre comment fonctionne ce type d'opéra-tion, quels en sont les acteurs, et quelle est la pratique en matière de structuration de ce type de schéma. Il est également très important de bien com-prendre les enjeux et les risques spécifiques de ces opérations pour mieux les appréhender, et pouvoir ainsi maîtriser les risques.

Bä : Quelle est votre approche pédagogique ?

PDS : Les opérations de reprise sont des opérations très spécifiques et non dénuées de risques. Il est important pour les banquiers de bien com-prendre comment fonctionne ce type d'opéra-tion, quels en sont les acteurs, et quelle est la pratique en matière de structuration de ce type de schéma. Il est également très important de bien com-prendre les enjeux et les risques spécifiques de ces opérations pour mieux les appréhender, et pouvoir ainsi maîtriser les risques.Quelle est votre approche pédagogique ?Mon activité professionnelle est notamment d'accompagner des repreneurs dans leur projet entrepreneurial et de les aider à la fois dans la validation de leur projet, dans les négociations avec les cédants et dans la recherche de financement. J'ai donc une pratique opérationnelle de ces montages. L'objectif de la formation est de partager cette expérience avec les participants en insistant sur des exemples concrets et de ré-fléchir ensemble aux dossiers qu'ils traitent au quotidien.